CAPSA

CAPSA Territoire Qualité de l'eau Mieux comprendre la qualité de l'eau

Mieux comprendre la qualité de l'eau



Indice de qualité de l'eau (IQBP6)


L’Indice de qualité bactériologique et physicochimique est un outil d’évaluation de la qualité générale de l’eau d’un cours d’eau, qui reposait initialement sur dix(10) paramètres: phosphore total, azote ammoniacal, nitrites-nitrates, coliformes fécaux, turbidité, matières en suspension (MES), chlorophylle a totale, pH, demande biologique en oxygène (DBO5) et pourcentage de saturation en oxygène dissous (OD). La DBO5, l’OD et le pH, étant donné leur dépendance à la température ou au type de roche-mère (géologie locale), n’ont jamais été inclus dans le calcul de l’IQBP pour le Réseau-Rivières du MDDEFP. En avril 2010, le MDDEFP a décidé d’écarter aussi la turbidité du calcul en raison de sa dépendance aux fluctuations du débit, devenant ainsi l’indice IQBP6. Lorsque plusieurs prélèvements sont réalisés à une station, l’IQBP final correspond à la médiane (donnée centrale qui élimine l'effet des évènements extrêmes, contrairement à la moyenne) des indices obtenus. L’IQBP a été développé pour évaluer la qualité de l’eau en période estivale uniquement, soit de mai à octobre, puisqu’il s’agit de la période où la composition physico-chimique et la qualité bactériologique de l’eau risquent le plus d’affecter la vie aquatique et les usages liés aux cours d’eau. Cet indice permet de définir cinq(5) classes de qualité:

 Tableau 1. Classe de qualité de l'eau selon le résultat de l'IQBP.

Pour pouvoir considérer que la qualité de l’eau n’est pas problématique, le MDDEFP a fixé la limite acceptable à 60 (classe B, qualité satisfaisante). Le paramètre limitant, qui influence le plus négativement la classe de qualité de l’eau, peut aussi être identifié grâce au tableau suivant, qui associe les concentrations des paramètres aux différentes classes de l’IQBP. (Hébert, 1997)

Tableau 2. Critères de qualité de l'eau selon la classe de qualité pour chacun des paramètres initialement inclus dans le calcul de l'IQBP.


Définitions des paramètres de l'IQBP6


Coliformes fécaux

Au Québec, la bactérie E. coli, les bactéries entérocoques et les bactéries coliformes totales sont utilisées comme indicateurs microbiologiques de la qualité de l’eau. La bactérie Escherichia coli (E. coli), qui se trouve naturellement dans le système digestif des animaux dits «à sang chaud» et qui n'est pas nocive, est le seul membre du groupe des coliformes totaux à se retrouver exclusivement dans les matières fécales. Sa présence dans l'eau indique donc une contamination d'origine fécale et la présence potentielle de microorganismes (virus et autres bactéries) pathogènes causant des maladies. (INSPQ, 2003)

Matières en suspension

Les matières en suspension (MES) sont des petites particules non dissoutes dans l’eau et visibles à l’œil nu. Elles se composent de matières organiques (débris végétaux ou animaux) ou minérales (limon, argile, sable). La présence de MES affecte directement la coloration naturelle de l’eau et sa turbidité (aspect trouble). La présence de MES dans l’eau est fortement influencée par les évènements extérieurs naturels (pluie, fonte de neige, etc.) et les activités humaines (rejets urbains, industriels et agricoles ainsi que le ruissellement). (APEL, 2013)

Phosphore total

Le phosphore est un élément nutritif essentiel pour les végétaux, mais qui est présent naturellement en faible concentration, de manière à limiter leur croissance.  Lorsque cet élément se retrouve en forte concentration, à cause des apports provenant des activités humaines,  il contribue alors à une forte croissance d'organismes photosynthétiques (phytoplancton, cyanobactéries, plantes aquatiques), ce qui affecte complètement l’écosystème et conduit généralement au vieillissement prématuré des plans d’eau et cours d’eau, un phénomène communément appelé eutrophisation. (APEL, 2013) 

Nitrites et nitrates

L’ion nitrate (NO3-), qui est très soluble dans l’eau, est la forme la plus abondante d’azote inorganique trouvée dans les eaux naturelles. En présence d’oxygène, l’ion nitrite (NO2-), une forme toxique de l’azote, se transforme rapidement en ion nitrate et c’est pour cette raison que les nitrites se trouvent rarement en concentration importante dans les eaux naturelles. (APEL, 2013)

Azote ammoniacal

Tout comme le phosphore, l’azote est un élément nutritif essentiel aux végétaux qui est faiblement présent en milieu naturel et dont les principaux apports proviennent des activités humaines. L’azote ammoniacal comprend l’ammoniac (NH3), ainsi que l’ion ammonium (NH4+) et constitue un composé très soluble dans l’eau. Normalement, en présence d’oxygène, certaines bactéries du sol (Nitrosomonas et Nitrobacter) transforment l’azote ammoniacal en nitrites, puis en nitrates, suivant le cycle de l’azote. C’est pour cette raison que l’azote ammoniacal est rarement présent en forte concentration dans les eaux de surface. (Gouvernement du Québec, 2002)

Chlorophylle a totale

La chlorophylle a totale correspond à la somme des concentrations des pigments photosynthétiques de chlorophylle a et de phéophytine (chlorophylle sans son ion magnésium).

La chlorophylle a est un pigment vert photosynthétique qui se retrouve chez les végétaux et les organismes capables d'effectuer la photosynthèse, c'est-à-dire de fabriquer de la matière organique et de produire de l'oxygène à partir de l'énergie provenant de la lumière du soleil. La chlorophylle a constitue ainsi un bon indicateur de la présence de ces organismes, dont la prolifération résulte d'un apport important de nutriments (azote et phosphore) qui favorise leur croissance de manière excessive. (APEL, 2013)



Références

APEL (Association pour la protection du lac St-Charles et des Marais du Nord). 2013. Carte interactive- Paramètres. [En ligne] Consulté en mars 2013: www.apel-maraisdunord.org/apel/carte-interactive/parametres/

Gouvernement du Québec. 2002. Glossaire. Ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs. [En ligne] Consulté en mars 2013: www.mddep.gouv.qc.ca/eau/sys-image/glossaire1.htm#ref

Hébert, S. 1997. Développement d'un indice de la qualité bactériologique et physico-chimique de l'eau pour les rivières du Québec. Québec, ministère de l'Environnement et de la Faune, Direction des écosystèmes aquatiques. Envirodoq no EN/970102, 20 p., 4 annexes. [En ligne] Consulté oct. 2012:  www.mddep.gouv.qc.ca/eau/eco_aqua/rivieres/indice/IQBP.pdf

INSPQ (Institut national de santé publique du Québec). 2003. Groupe scientifique sur l’eau – Fiche Coliformes fécaux. [En ligne] Consulté oct. 2012: www.inspq.qc.ca/pdf/publications/198-CartableEau/ColiformesFecaux.pdf

 


 

 

 

 






 


Dernières nouvelles

2013-10-23
Laisser plus de place aux intervenants et à la population, un virage que prend la CAPSA

C’est en juin dernier, lors de son assemblée générale annuelle, que les membres de la CAPSA décidèrent de modifier la structure de l’organisme afin d’ouvrir les portes de la gestion de l’eau à un plus grand nombre de personnes sur son territoire.

Toutes les nouvelles

 418 337-1398

111-1, route des Pionniers
Saint-Raymond (Québec)
G3L 2A8
Télec.: 418 337-1311 

Communiquez avec nous


Réseaux sociaux

Facebook

© 2012  CAPSA.   Tous droits réservés.