CAPSA

CAPSA Médias Les services

L'économie d'eau, quelle importance au Québec?

L'eau étant un élément très présent dans le paysage québécois, il est facile de croire que les quantités d'eau que l'on consomme à la maison n'ont pas d'impacts sur le milieu naturel.  Il suffit notamment de penser aux innombrables lacs et rivières qui sillonnent notre territoire ou de poser les yeux sur le fleuve Saint-Laurent pour se convaincre que l'abondance de l'eau n'est pas un problème dans notre province. Ce serait oublier que l'eau que l'on utilise quotidiennement est une eau potable.

L'eau potable, une ressource vitale et coûteuse

Alimenter une municipalité en eau potable amène un grand nombre de défis. Les autorités municipales doivent s'assurer de trouver des sources pouvant répondre à leurs besoins à la fois en termes de quantité et de qualité, et ce, à un coût qui correspond à leurs moyens financiers. Les sources d'eau répondant à ces critères ne sont pas si abondantes que l'on pourrait croire. C'est aussi pour cette raison que de plus en plus de ressources sont consacrées à la protection des sources d'eau potable municipales. À cela s'ajoute aussi le défi de répondre aux pointes de demande qui arrivent ponctuellement, particulièrement durant l'été.

En outre, l'économie d'eau peut offrir des bénéfices pour l'ensemble de la collectivité, dont   :

  1. Diminuer ou éliminer les problèmes d'approvisionnement dans les périodes où les niveaux d'eau sont particulièrement bas;
  2. Diminuer les coûts liés à l'approvisionnement en eau potable et au traitement des eaux usées;

  3. Retarder des investissements majeurs dans de nouvelles infrastructures de captage, de stockage et de traitement d'eau;

  4. Protégez les écosystèmes locaux en diminuant la pression exercée sur eux par un prélèvement important d'eau à un endroit précis.

 

L'eau potable à la maison


Le Saviez-vous?

Dans les municipalités de moins de 2 000 habitants, c'est en moyenne 70% de la consommation d'eau qui provient du secteur résidentiel, le reste étant attribuable aux commerces, aux industries, à l'agriculture et aux fuites dans le système de distribution. C'est donc les petits gestes que l'on pose quotidiennement qui ont collectivement le plus d'impacts sur la quantité d'eau consommée dans une municipalité!

Trucs pour économiser l'eau à l'intérieur

Le plus simple et le plus efficace pour réduire votre consommation d'eau à l'intérieur est d'installer des équipements économes en eau. Ceux-ci sont généralement peu dispendieux et vous permettrons en plus d'économiser sur les frais d'électricité en eau chaude! Pour vous faciliter la tâche, recherchez des appareils portant l’homologation WaterSense®.

La Toilette

01Changez votre ancienne toilette pour un modèle plus récent

Depuis 2014, les toilettes en vente au Québec consomment obligatoirement 6 litres et moins par chasse. Les toilettes utilisaient auparavant entre 11 et 13 litres...à chaque chasse! En changeant sa toilette pour un modèle moins consommateur, une famille de deux personnes économise chaque année l'équivalent d'une piscine hors-terre de 18 pieds de diamètre!

Aussi :

  • - Éviter d'utiliser la toilette comme une poubelle;
  • - Ne tirez la chasse que lorsque c'est nécessaire;
  • - Utilisez des pastilles prévues à cet effet ou du colorant alimentaire pour détecter les fuites dans votre toilette.
La Douche

01Changez votre pomme de douche pour un modèle économe en eau

 En adoptant un modèle économe en eau (5,7 litres par minute), vous diminuerez de 40% votre consommation d'eau sous la douche!

Aussi :

  • - Limitez le temps passer sous la douche;
  • - Optez pour des dispositifs vous permettant de partir votre douche à une température donnée, sans avoir à l'ajuster;
  • - De manière générale, sachez qu'une courte douche consomme moins d'eau qu'un bain.

Trucs pour économiser l'eau à l'extérieur

La période estivale entraîne chaque année une hausse importante de la consommation d'eau dans les municipalités québécoises. Avec le beau temps vient aussi le remplissage de la piscine, le lavage de la voiture, l'arrosage de la pelouse et du jardin, pour ne nommer que ceux là. Les pointes de consommation liées à l'utilisation extérieur de l'eau, particulièrement en période de sécheresse, peuvent être responsables de problèmes d'approvisionnement. Voici deux trucs qui, appliquer collectivement, peuvent faire une différence substantielle sur la demande en eau potable durant l'été.

 La Pelouse

01N'arrosez pas votre pelouse, la pluie s'en chargera

En période de sécheresse, votre pelouse entrera en dormance et «jaunira». Attention, elle n'est pas pour autant morte ou à risque de l'être à court terme! Votre pelouse peut ainsi survivre pendant plusieurs semaines sans que les parties vitales de la plante soient affectées! L'arrosage de la pelouse utilise, pour des fins essentiellement esthétique, des quantités très importantes d'eau potable. Un sondage réalisé à l'été 2016 dans les municipalités de Deschambault-Grondines et Portneuf a révélé que plus de 90% des citoyens ayant une pelouse ne l'arrosent pas durant l'été! 

Aussi :

  • - Veillez à tondre la pelouse à une hauteur de 8 à 10 cm, cela permettra au sol de conserver son humidité;
  • - Pratiquez l'herbicyclage, c'est-à-dire laisser les résidus de coupe de votre pelouse sur place, cela diminuera aussi les besoins en eau de votre terrain gazonné.
 

Le Jardin et les aménagements paysagers

01Récupérez et utilisez l'eau de pluie 

 De nombreux dispositifs sont aujourd'hui disponibles en magasin. Ils sont généralement faciles d'utilisation et permettent d'entreposer des quantités largement suffisantes pour répondre au besoin de vos plantes extérieures. 

Aussi :

  • - Redirigez l'eau de vos gouttières non raccordées à un système de récupération des eaux de pluies vers vos plates bandes;
  • - La bonne plante au bon endroit. Choisissez vos plantes de façon à les placer dans des conditions auxquels elles sont adaptées (chaleur, ensoleillement, humidité du sol, etc.). 

Pour davantage d'informations et d'astuces pour économiser l'eau, voici deux ressources supplémentaires :

Références

Environnement Canada, Rapport de 2011 sur l’utilisation de l’eau par les municipalités, 2011

Fédération interdisciplinaire de l’horticulture ornementale du Québec, Économiser l'eau d'arrosage - Les bonnes pratiques environnementales, 2012

Gouvernement du Québec et Réseau environnement, L'économie d'eau potable et les municipalités, Volume 1, Quatrième édition, 2013


 Qu'est-ce qu'une bande riveraine?

  C'est une bande de végétation naturelle et permanente située le  long de la rive des lacs et des cours d'eau, un ruban végétalisé  aux multiples fonctions  écologiques, une zone tampon entre les  activités humaines et les écosystèmes aquatiques et riverains ainsi  qu'un espace réglementé et  protégé. Une bande riveraine, c'est  tout cela à la fois.

 

 

Pourquoi est-il important de conserver une bande végétalisée près des cours d'eau?

Car les bandes riveraines rendent de nombreux services écologiques bénéfiques à la faune et la flore mais aussi à l'humain. Plus spécifiquement elles fournissent (Gagnon et Gangbazo, 2007):

  • - un habitat pour la faune et la flore;
  • - un écran contre le réchauffement excessif de l’eau;
  • - une barrière contre les apports de sédiments dans les plans d’eau;
  • - un rempart contre l’érosion des sols et des rives;
  • - un régulateur du cycle hydrologique;
  • - un filtre contre la pollution de l’eau et un brise-vent naturel.
Pour les agriculteurs, en plus des avantages mentionnés ci-haut, les bandes riveraines offrent des services bénéfiques à leurs activités (Club-conseil Gestrie-Sol, 2014):
  • - Favoriser la présence de pollinisateurs;
  • - Réduire les coûts d'entretien des cours d'eau;
  • - Réduire les coûts de gestion phytosanitaire - en accroissant la présence d'insectes bénéfiques, dont les prédateurs des ennemis des cultures;
  • - Augmenter les rendements agricoles grâce à l'effet brise-vent.

Un espace réglementé

Considérant ces nombreux bienfaits, le gouvernement a voulu protéger cette zone par l'adoption de la politique de protection des rives, du littoral et des plaines inondables. Bien que la politique n'ait pas de valeur légale, ces dispositions ont été intégrée dans les règlements d'urbanismes des municipalités ou des municipalités régionales de comté. Pour plus d'informations, informez-vous auprès de votre municipalité.

Les principales règles à respecter sont les suivantes. 

1. Une bande végétale doit être conservé en permanence sur la rive. La largeur à protéger dépend de la pente et de la hauteur du talus.

a) Elle est d'un minimum de 10 mètres lorsque la pente est inférieure à 30% ou lorsque la pente est supérieure à 30% et présente un talus de moins de 5 mètres de hauteur.

b) Elle est d'un minimum de 15 mètres lorsque la pente est continue et supérieure à 30% ou lorsque la pente est supérieure à 30% et présente un talus de plus de 5 mètres de hauteur.

 

 

2. De nombreux ouvrages, travaux et constructions sont interdits dans la bande riveraine. Pour de plus ample détails, référez-vous à la réglementation en vigueur ou directement auprès de votre municipalité.  


Comment faire pour aménager ou restaurer une bande riveraine chez moi?

Il y a deux façons de procéder (Doyon, 2010) :

  • - La renaturalisation qui consiste simplement à cesser de tondre la partie de votre terrain en bordure de cours d'eau et à laisser la nature reprendre sa place.
  • - La revégétalisation qui demande de choisir les végétaux qui composeront la bande riveraine et de les planter selon le schéma choisi.
En milieu agricole, plusieurs options de revégétalisation sont possibles selon les objectifs que vous désirez prioriser (stabilisation, filtration des nutriments, coûts de mise en place, rentabilité, etc.). Pour plus d'informations, référez-vous aux guides disponibles ci-bas.

 

Ressources supplémentaires

Général

Entretien et restauration d'une bande riveraine 

Guide sur l'aménagement des rives destiné aux propriétaires riverains

Pour le milieu agricole

Guide des bandes riveraines en milieu agricole

Les arbres et le paysage agricole

 

Références

Club-conseil Gestrie-Sol (2014). À chacun sa bande : Guide des bandes riveraines en milieu agricole, Granby, 24 p.

Gagnon, E., et G. Gangbazo (2007). Efficacité des bandes riveraines : analyse de la documentation scientifique et perspectives, Québec, ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, Direction des politiques de l’eau, 17 p.

Doyon, N. (2010). Fiche - Bande riveraine. Québec, Regroupement des organismes de bassins versants du Québec, En ligne : https://robvq.qc.ca/public/documents/documentation/hq2A542s.pdf

La qualité de l'eau de votre puits


 

 

Vous avez un puits de surface, un puits artésien ou un autre dispositif de captation d'eau servant à alimenter votre résidence? Il est alors primordial que vous fassiez un suivi régulier de la qualité de votre eau afin de vous assurer qu'elle soit «potable». 

 

 

 

Le Saviez-vous?

En vertu du Règlement sur la qualité de l'eau potable, il est de la responsabilité du propriétaire de fournir une eau potable à sa famille et à ses visiteurs. Il incombe donc à celui-ci de faire réaliser les analyses nécessaire afin de s'assurer que son eau est de bonne qualité et respecte les normes du règlement. (MDDELCC, 2017)

 

Mon eau est belle et sans goût, pourquoi devrais-je la faire analyser?


Même si l'apparence de votre eau est stable, certains paramètres de celle-ci peuvent changer d'une année à l'autre et au courant d'une même année. Une apparence claire et limpide et l'absence d'odeur ou de saveur particulière ne garantissent pas la qualité de votre eau. Celle-ci pourrait notamment contenir des éléments pouvant avoir des effets nocifs sur votre santé ou celles de vos proches. En voici quelques exemples.

Coliformes fécaux

La présence de coliformes fécaux dans l'eau d'un puits est une indication qu'il y a un risque sérieux de contamination d'origine fécale. Par conséquent, il est possible que l'eau ainsi contaminée contienne des microbes (bactéries, virus ou parasites) qui causent des problèmes de santé. Une eau contaminée par des microbes peut par exemple entraîner une gastro-entérite marqué par la diarrhée, des crampes abdominales, des nausées ou des vomissements. Certaines personnes, notamment les jeunes enfants et les personnes âgées, sont particulièrement vulnérables aux infections microbiennes.

 

Nitrates-nitrites

La présence de nitrates en forte concentration dans l'eau de consommation est une indication que les activités humaines ont un impact sur la qualité de votre eau. Votre installation septique ou une installation avoisinante , l'épandage d'engrais chimiques ou de fumiers sont parmi les causes probables d'une telle contamination. Les nourrissons et les femmes enceintes sont considérés comme particulièrement vulnérables à la présence de ces composés dans l'eau potable compte tenu des effets nocifs qu'ils peuvent avoir sur leur santé. Une étude réalisée vers la fin des années 90 dans la région de Portneuf a trouvé une contamination d'un puits sur dix parmi ses échantillons.

 

Puits artésiens - métaux et autres paramètres physico-chimiques

Si vous avez un puits artésien, la qualité de votre eau est possiblement plus stable compte tenu de la protection relative offerte par la profondeur à laquelle vous allez capter votre eau. Cependant, votre puits est plus susceptible de contenir des éléments d'origines naturelles pouvant affecter les propriétés esthétiques (goût, odeur, etc.) de votre eau ou même votre santé dans certains cas. Une étude réalisée vers la fin des années 90 dans la région de Portneuf a permis de constater que l'eau souterraine de ce secteur était généralement de bonne qualité. Par contre, elle a aussi permis de détecter dans à endroits des taux de fluorures élevés, un élément pouvant être naturellement présent dans le sol. La consommation d'une eau contenant des niveaux élevés de fluorures sur une longue période peut entraîner des problèmes osseux. C'est pourquoi il est important de faire analyser les paramètres physico-chimiques de votre eau au moins une fois.

Recommandations


Le Ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques recommande de faire analyser votre eau :

  1. Deux fois par année pour les paramètres microbiologiques, soit au printemps et à l'automne;
  2. Au moins une fois pendant la période d'utilisation de votre puits pour les paramètres physico-chimiques;
  3. Si vous remarquez un changement soudain dans l'apparence, le goût ou l'odeur de votre eau.
 
Pour plus d'informations 
 
Ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques
 
Ministère de la Santé et des Services sociaux
 
Rapport sur l'état de l'eau et des écosystèmes aquatiques au Québec, Ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques

Références

Bourque, É., Y. Michaud, R. Lefebvre et É. Boisvert. 1998. Cartographie hydrogéologique régionale du piémont laurentien dans la MRC de Portneuf : hydrogéochimie des eaux souterraines. Commission géologique du Canada, dossier public no 3664‑c, 1 p.

Chevalier, P. (2003). Fiche synthèse sur l'eau potable - Personnes vulnérables aux infections microbiennes. Institut national de santé publique. 

Chaussé, K. (2003). Fiche synthèse sur l'eau potable - Nitrates/Nitrites. Institut national de santé publique. 

Chevalier, P. (2003). Fiche synthèse sur l'eau potable - Coliformes fécaux. Institut national de santé publique. 

Ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques. La qualité de l'eau de mon puits. Québec, MDDELCC,
En ligne : http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/Eau/potable/depliant/


Ve Rendez-vous de l'eau :  De la concertation à l’action!


 

L’organisme de bassins versants (OBV) CAPSA a le plaisir de vous inviter au Ve Rendez-vous de l’eau, le jeudi 26
novembre 2015 à l’Auberge du Couvent de St-Casimir. Ce rendez-vous incontournable des acteurs de notre
territoire, représente le point charnière du processus de concertation et de réalisation du Plan directeur de l’eau
(PDE) des bassins versants des rivières Sainte-Anne, Portneuf et du secteur de La Chevrotière. C’est donc
pourquoi votre présence y est essentielle!

 

Programmation préliminaire

 

14 h 00 :         Accueil des participants

14 h 30 :         Début des rencontres exploratoires

- Développement et milieux humides : La conciliation des usages est-elle possible ?
- Accès à l’eau potable : une problématique réelle!
- Traitements des eaux usées : repenser les façons de faire!

16 h 30 :          Accueil des participants

16 h 45 :          Cocktail dinatoire et présentation des actions en cours

17 h 45 :          Accueil des participants

18 h 00 :          Début des comités de suivis et tables de concertations en cours :

- Gestion intégrée de l’eau des bassins versants du Parc naturel Régional de Portneuf
- Comité des lacs
- Projet-pilote d,intégration de toilettes sans eaux
- Gestion intégrée du bassin versant de la décharge du Lac Sergent
- Projet : Accès aux cours d'eau et bords du fleuve

20 h 00 :          Fin

 

 

 
 
 
Inscriptions :

Veuillez confirmer votre inscription aux blocs d’activités pour lesquels vous comptez participer à Chantal Leblanc
au 418-337-1398 #227 ou à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. avant le 23 novembre 2015.

 
 
Auberge du Couvent : 

Adresse : 370 Boul. de la Montagne, Saint-Casimir

 

 

Le Rendez-vous de l'eau


Organisé deux fois par année (novembre et avril), le Rendez-vous de l'eau est l'occasion de réunir les membres de la Table de concertation et d'inviter de nouveaux usagers de la ressource (citoyens, plaisanciers, etc.) et intervenants du territoire (ministères, municipalité, etc.) pour la gestion intégrée de l'eau des bassins versants des rivières Sainte-Anne, Portneuf et du secteur La Chevrotière.


Ier Rendez-vous de l'eau - Prendre parole et actions

IIe Rendez-vous de l'eau - La force du partenariat

IIIe Rendez-vous de l'eau - La mobilisation des acteurs

IVe Rendez-vous de l'eau - Informer, consulter et impliquer pour concerter

Ve Rendez-vous de l'eau - De la concertation à l'action

VIe Rendez-vous de l'eau - Journée-conférence des lacs 2e édition

Dernières nouvelles

2013-10-23
Laisser plus de place aux intervenants et à la population, un virage que prend la CAPSA

C’est en juin dernier, lors de son assemblée générale annuelle, que les membres de la CAPSA décidèrent de modifier la structure de l’organisme afin d’ouvrir les portes de la gestion de l’eau à un plus grand nombre de personnes sur son territoire.

Toutes les nouvelles

 418 337-1398

111-1, route des Pionniers
Saint-Raymond (Québec)
G3L 2A8
Télec.: 418 337-1311 

Communiquez avec nous


Réseaux sociaux

Facebook

© 2012  CAPSA.   Tous droits réservés.